Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2017

Aide urgente pour Garik

Garik Khachatryan est toujours en centre de rétention et il doit être expulsé jeudi  10 août.

L’expulsion, pour Garik et sa famille, c’est la crainte de ce qui lui arriverait une fois arrivé en Arménie, et c’est la séparation d’une famille, la séparation d’une petite fille et de son papa.
C’est pourquoi nous nous mobilisons, et vous proposons de vous mobiliser avec nous, pour demander que Garik ne soit pas expulsé, et qu’il soit remis en liberté afin qu’il puisse retrouver Nona et Kristina
Nous appelons à :
- un rassemblement place de la Liberté, à Annonay, après-demain, mercredi 9 août à 11 h
(sur les escaliers autour de la statue)
D'autres actions sont envisagées : contactez un des organismes ci-dessous  pour avoir un contact qui vous donnera plus d’infos.

Nous devons être nombreux et nombreuses pour soutenir Garik et sa famille !
Appel lancé par des citoyens et citoyennes et des militants et militantes (de l’ASTI d’Annonay, du DUDH, du MRAP, du RESF, du Secours catholique, du Secours populaire, de Solidaires, et des collectifs de Peaugres, de Vanosc, Pilatois solidaire, ensemble pour un toit de Satillieu, Tazo, Elisa de Boulieu) .

Rappel des faits : Garik a fui son pays, l’Arménie, alors qu’il y menait une vie aisée et avait une bonne situation professionnelle, car il y était en danger du fait de son engagement politique.
Il vit en France depuis quelques années, avec sa compagne, Nona, et leur petite fille de cinq ans, Kristina. Celle-ci est scolarisée sur Annonay ; c’est une petite fille épanouie qui a de nombreux amis à l’école. Garik et Nona, de leur côté, se sont également fait de nombreux amis sur Annonay et environ, et sont très appréciés.
Les sévices que Garik a subis en Arménie ont causé des séquelles qui ont rendu nécessaires de longs soins médicaux, encore en cours auprès d’un CMP.
Garik a été placé en rétention à Lyon le 5 juillet dernier. Dans la nuit du 21 au 22 juillet, il a appris qu’il allait être expulsé dans les heures suivantes. Il a alors pris des médicaments. Il a ensuite été sous suivi médical.
Vendredi dernier, il est passé devant le Juge des libertés et de la détention qui a décidé qu’il resterait en rétention, la préfecture ayant annoncé avoir programmé son expulsion pour le 10 août.