Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2017

Aide urgente pour Garik

Garik Khachatryan est toujours en centre de rétention et il doit être expulsé jeudi  10 août.

L’expulsion, pour Garik et sa famille, c’est la crainte de ce qui lui arriverait une fois arrivé en Arménie, et c’est la séparation d’une famille, la séparation d’une petite fille et de son papa.
C’est pourquoi nous nous mobilisons, et vous proposons de vous mobiliser avec nous, pour demander que Garik ne soit pas expulsé, et qu’il soit remis en liberté afin qu’il puisse retrouver Nona et Kristina
Nous appelons à :
- un rassemblement place de la Liberté, à Annonay, après-demain, mercredi 9 août à 11 h
(sur les escaliers autour de la statue)
D'autres actions sont envisagées : contactez un des organismes ci-dessous  pour avoir un contact qui vous donnera plus d’infos.

Nous devons être nombreux et nombreuses pour soutenir Garik et sa famille !
Appel lancé par des citoyens et citoyennes et des militants et militantes (de l’ASTI d’Annonay, du DUDH, du MRAP, du RESF, du Secours catholique, du Secours populaire, de Solidaires, et des collectifs de Peaugres, de Vanosc, Pilatois solidaire, ensemble pour un toit de Satillieu, Tazo, Elisa de Boulieu) .

Rappel des faits : Garik a fui son pays, l’Arménie, alors qu’il y menait une vie aisée et avait une bonne situation professionnelle, car il y était en danger du fait de son engagement politique.
Il vit en France depuis quelques années, avec sa compagne, Nona, et leur petite fille de cinq ans, Kristina. Celle-ci est scolarisée sur Annonay ; c’est une petite fille épanouie qui a de nombreux amis à l’école. Garik et Nona, de leur côté, se sont également fait de nombreux amis sur Annonay et environ, et sont très appréciés.
Les sévices que Garik a subis en Arménie ont causé des séquelles qui ont rendu nécessaires de longs soins médicaux, encore en cours auprès d’un CMP.
Garik a été placé en rétention à Lyon le 5 juillet dernier. Dans la nuit du 21 au 22 juillet, il a appris qu’il allait être expulsé dans les heures suivantes. Il a alors pris des médicaments. Il a ensuite été sous suivi médical.
Vendredi dernier, il est passé devant le Juge des libertés et de la détention qui a décidé qu’il resterait en rétention, la préfecture ayant annoncé avoir programmé son expulsion pour le 10 août.

 

 

03/08/2017

Soutien à Garick, Nonna et kristina

Voilà la marche à suivre :
- envoyer un mail au ministère de l'intérieur : copiez les adresses de destinataires suivantes

Patrick.strzoda@elysee.fr, stephane.fratacci@interieur.gouv.fr, nicolas.lerner@interieur.gouv.fr, pauline.pannier@interieur.gouv.fr, sec.dircabadj@interieur.gouv.fr, sec.immigration@interieur.gouv.fr


- écrire au président : cliquez sur ce lien http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/ (attention : surveillez ensuite vos mails car il faut valider la démarche)


- écrire au premier ministre : cliquez sur ce lien : http://www.gouvernement.fr/contact/ecrire-au-premier-ministre

Monsieur /Madame,
Je vous alerte sur la situation humaine de Monsieur Garik Khachatryan actuellement au Centre de Rétention Administrative de Lyon Saint-Exupéry depuis le 5 juillet 2017.
Dans son pays, l’Arménie, Monsieur Khachatryan était membre du parti « Héritage », cet engagement a provoqué son incarcération au cours de laquelle il a été victime de violences.
Alors qu’il menait une vie aisée et avait une bonne situation professionnelle, il a dû fuir avec sa compagne et leur petite fille, choisissant refuge dans notre pays. Les séquelles des sévices qu’il a subis ont rendu nécessaire de longs soins médicaux encore en cours auprès d’un C.M.P, ce dont peuvent attester les autorités médicales et sanitaires.
Dans la nuit du 21 au 22 juillet, il a été informé qu’il serait contraint d’embarquer trois heures plus tard. Il a tenté de mettre fin à ses jours.
Je vous fais part de ma vive inquiétude sur les risques qu’il court en cas de retour forcé en ARMENIE. Vous n’êtes pas sans connaître les violations des Droits de l’Homme commises actuellement contre les opposants dans ce pays et dénoncées par de nombreuses ONG.
Devant la gravité des risques encourus et dans le respect de nos institutions, je fais appel en dernier recours à votre compréhension.
Les représentants à Annonay (07) d’ASTI, de la CIMADE, du MRAP, du Secours Catholique, du Secours Populaire et l’association locale DUDH-ANNONAY, en coordination avec RESF soutiennent cette action.
Veuillez agréer, Monsieur/Madame, l’expression de mes respectueuses salutations.

 

Commission FEMMES de la FASTI

La lettre

Lettre n°5_juillet2017_DEF.jpg